Daniel Cohn-Bendit, ONU, Turquie, Pakistan, Iran… La Suisse continue d’essuyer les foudres des islamofascistes et de leurs idiots utiles

Publié le par Med ZAHER

Un tour d’horizon des dernières réactions1 suite à la courageuse votation suisse.

Daniel Cohn-Bendit veut punir financièrement le peuple suisse pour le forcer à annuler son vote. Quelle fascinante conception de la démocratie, et quel formidable mépris du peuple suisse. Même le gouvernement iranien n’est pas allé aussi loin. Ce n’est pas peu dire.





Daniel Cohn-Bendit
Daniel Cohn-Bendit a une idée plus radicale que de “saisir la Cour européenne des droits de l’homme“. Car “cela prendra du temps“. Le co-président des Verts au Parlement européen demande donc tout bonnement que “les plus riches des pays musulmans retirent leur argent des banques suisses” en représailles à l’interdiction des minarets. “Vider les caisses de la Confédération : voilà ce qu’il faudrait !“, déclare l’euro-député allemand au quotidien genevois. “Si cette votation a des conséquences économiques, alors les Suisses comprendront“, estime Daniel Cohn-Bendit, qui voudrait que les Suisses revotent pour annuler leur décision. Pour l’euro-député Vert, “la priorité de l’élite politique suisse hostile à cette votation doit être de remobiliser la population en vue d’un nouveau référendum (…). Pour revoter et effacer cette tache“. Autre moyen de pression pour le co-président des Verts au Parlement européen, l’Union européenne “ne peut pas continuer les relations bilatérales (avec la Suisse) comme si de rien n’était“.
ONU
L’ONU a fait savoir lundi qu’elle avait mandaté des experts pour se pencher sur la légalité de cette votation. Mais Navi Pillay, Haut Commissaire aux droits de l’homme, n’a pas attendu le résultat de cette expertise pour donner clairement son avis. L’interdiction des minarets décidée par le peuple suisse est «clairement discriminatoire», a-t-elle fait savoir mardi, ajoutant qu’il y avait un «risque de mettre le pays en contradiction avec ses obligations internationales».
Turquie
Réagissant à la décision de la Suisse d’interdire les minarets, le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a exhorté lundi la Suisse à faire rapidement marche arrière sur cette “erreur“. Il a aussi mis en garde contre une montée du racisme en Europe. Erdogan a encore affirmé qu’une telle question n’aurait jamais dû être soumise à un vote populaire. Abdullah Gul le chef de l’Etat a pour sa part parlé de décision “honteuse” pour les Suisses. Le ministère des Affaires étrangères souligne que la décision a suscité de l’inquiétude auprès des “plus de 100′000 Turcs” qui vivent en Suisse.

Pakistan
Au Pakistan également, le ministère des Affaires étrangères a demandé au gouvernement suisse de revenir sur cette décision. Un souhait partagé par le secrétaire général de la Ligue arabe, Amr Moussa.

Iran
L’Iran dénonce pour sa part un vote «discriminatoire». Le résultat des votations fédérales de dimanche contredit le principe de liberté religieuse prôné par l’Occident, a fait savoir le ministère iranien des Affaires étrangères.
Jordanie
En Jordanie, le Front de l’action islamique (FAI), branche politique des Frères musulmans et principal parti d’opposition du pays, voit dans ce vote une «insulte aux musulmans et une violation des droits de l’Homme».
Bosnie
Pour le grand mufti de Bosnie, la Suisse démontre là son «incapacité à faire respecter les droits de l’Homme qui sont la pierre fondatrice des valeurs européennes».


Source: Bivouac-id











Publié dans Actualité

Commenter cet article